Publié par : Mébahiah | 29 mars 2011

Quand tout fout le camp.

Tout fout le camp, il est temps de lever le camp,

Sans rien emmener.


La tempête devient ouragan, je deviens air et me laisse traverser.

Le feu de la transformation fait rage, et me réchauffe.

La rivière devient torrent, je me laisse remplir.

Terre bouge et s’agite, je me relie à elle profondément.


Lumière se fait, je deviens Lumière.


Je me relie profondément à la Terre,

Je descends plus profondément en moi.

Je ne  m’accroche pas à ce qui se passe en sa surface,

Je ne m’accroche pas à la petitesse de ma personnalité.


Je ne glisse pas et ne suis pas emportée.

Je ne m’accroche pas à ce qui fout le camp.

 

J’observe ces disparations, sans jugements, sans peurs,

Je reste neutre, sans vouloir changer ce que je vois

Je m’accepte telle que je suis,

Sans jugement, sans regret, sans peur.


Je quitte tous mes rôles dans ce monde qui disparait,

En acceptant ces changements qui m’entourent

J’accepte les changements qui se passent en moi,

Je ne lutte pas, je ne lutte plus.


Je n’ai plus les clés pour les serrures de ce monde.

Devant moi, un chemin sans porte.


Une guidance tout simplement.


Je suis ma voie, au son de ma voix.


Dans l’acceptation,


Je m’élève.


Mébahiah

29/03/2011

Publicités

Responses

  1. Magnifique. Merci, Mebahiah.

  2. La chenille devient papillon
    Soyons, dansons, volons…
    … FEU ET JOIE
    Merci Mébahiah !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :