Publié par : Mébahiah | 19 décembre 2010

Le Journal de Votre Vie

 

Le monde vous a enseigné la sécurité avant tout. D’où provient cette idée de sécurité? Elle provient de l’idée de peur. Écartez la peur et vous n’aurez plus ce besoin maladif de sécurité. Vous aurez plutôt le besoin ardent de vivre la vie à son plus haut point.

Je ne vous dis pas d’être téméraires. Je ne vous dis pas d’ignorer le bon sens mais, ah!, Mes enfants, entre ce que vous croyiez être le bon sens et ce que J’en vois, il n’y a pas de commun dénominateur.

Je dis de vivre à fond. Je dis de savourer l’expérience de la vie et de poursuivre votre route. De nouvelles aventures pointent toujours à l’horizon. Ce qui s’est passé hier appartient à hier. Il y a plus à savourer aujourd’hui.

Sortez du mode de la peur. Éliminer les  » qu’arrivera-t-il si  » qui sont dictés par la peur. Adoptez-les  » qu’arrivera-t-il si  » qui proviennent de l’enthousiasme.

La vie doit être stimulante. Faites que la vie vous enthousiasme plutôt qu’elle ne vous fasse peur.

Vous n’avez pas à réaliser votre vie de la même façon que d’autres la réalisent. Réalisez votre vie conformément à ce que vous êtes. Si vous ne voulez pas escalader les montagnes, vous n’êtes pas tenus de le faire. Si quelqu’un aime à explorer les cavernes, cela ne veut pas dire que vous devez également le faire. Trouvez ce que vous avez le goût de faire. J’ajouterais peut-être ceci: comment savez-vous que vous n’aimez pas l’escalade si vous ne l’avez essayé une seule fois? D’autre part, vous n’avez pas à essayer quoi que ce soit. Vous n’avez pas à faire du saut à l’élastique, du « bungee-jumping » seulement pour prouver que vous pouvez le faire. Peut-être que vous n’avez pas à le tenter. Peut-être que ce n’est pas pour vous. Peut-être qu’un autre type d’aventure vous est destiné. Peut-être que lire un livre vous convient. Ou bien faire un jardin. Ou bien tout simplement siffloter pendant que vous travaillez.

Vous ne faites pas le décompte des aventures dans la vie. Il n’y a pas de liste de vérification, vous comprenez.

Là où il n’y a pas de peur, il n’y a pas de bravoure. Il n’y a que simplement à vivre la vie.

Pour vous, vivre la vie peut signifier parler à quelqu’un en premier, apprendre à danser ou à jouer du piano. Vous choisissez votre vie sans avoir quoi que ce soit à prouver. Vous n’avez pas à démontrer votre courage. Vous n’avez pas à craindre de ne pas faire ce que tout le monde fait. Vous avez votre propre vie et il vous incombe de découvrir ce qu’est votre joie intrinsèque. Vous recherchez la joie, bien-aimés, non pas les points.

En recherchant la joie, vous émettez de la joie. C’est aussi simple que ça. Dans la mesure du possible, faites ce qui vous procure de la joie. Et même dans ce que vous devez faire et que vous ne voudriez pas faire, mettez-y tout aussi bien de la joie. On pourrait disserter longuement sur une idée que vous avez en tête, sur un point de vue que vous adoptez ou sur ce que vous dites à vous-mêmes. Donnez-vous de bonnes nouvelles, de nouveaux conseils, éprouvez en conscience de la joie même quand vous êtes en train de laver un plancher. Vous voyez où Je veux en venir?

Si vous en arrivez à penser que la vie est une sempiternelle répétition, choisissez une nouvelle station de radio où vous pourrez écouter de nouvelles chansons que vous n’avez jamais entendues auparavant.

C’est votre esprit qui vous fatigue. C’est votre esprit qui provoque vos peurs. L’esprit peut faire tout ce qu’il veut à moins que vous lui mettiez la bride ou que vous lui donniez le feu vert. Choisissez la direction que vous voulez donner à votre esprit. Vous êtes puissamment affectés par les pensées vagabondes qui circulent dans votre esprit.

Lisez un nouveau livre. Ou arrachez les pages de l’ancien livre si elles vous retiennent.

Il est bon d’avoir des pages blanches. Remplissez-les.

Ultimement, vous êtes en train d’écrire le journal de votre vie. Il est ce que vous dites qu’il est. Ayez de bonnes choses à dire à son sujet. Soyez même contents de vos contrariétés car elles sont aussi un stimulant à aller de l’avant. Par-dessus tout, soyez contents de la grâce qui remplit votre vie. Soyez contents de chaque parcelle. Soyez contents.

Traduit par: Normand Bourque
Page originale :http://www.heavenletters.org/le-journal-de-votre-vie-19-decembre-2010.html

Copyright © 1999-Now Heavenletters™

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :